• La défunte

    La défunte "usine flottante" CHL PROGESSOR - IMO 8130681 - déchargeant en sac à Dunkerque du sucre chargé en vrac dans l'hémisphère sud

    Vue

  • Le porte-conteneurs EVER CHAMPION - IMO 9293765 - quittant Le Havre après une escale au quai des Amériques

    Le porte-conteneurs EVER CHAMPION - IMO 9293765 - quittant Le Havre après une escale au quai des Amériques

    Vue

  • Le BSE MONGE - A601 - remontant la Seine en direction de Rouen pour participer à l'ARMADA 2013

    Le BSE MONGE - A601 - remontant la Seine en direction de Rouen pour participer à l'ARMADA 2013

    Vue

  • Le porte-conteneurs MAERSK SEMBAWANG - IMO 9315226 - contraint d'escaler au Havre après avoir essuyé une tempête

    Le porte-conteneurs MAERSK SEMBAWANG - IMO 9315226 - contraint d'escaler au Havre après avoir essuyé une tempête

    Vue

  • La drague CRISTOBAL COLON - IMO 9429572 - en escale technique au chantier naval de Dunkerque

    La drague CRISTOBAL COLON - IMO 9429572 - en escale technique au chantier naval de Dunkerque

    Vue

  • Le ferry MAERSK DUNKERQUE - IMO 9293076 - quittant Dunkerque pour Douvres

    Le ferry MAERSK DUNKERQUE - IMO 9293076 - quittant Dunkerque pour Douvres

    Vue

  • Le porte-conteneurs BUNGA SEROJA SATU - IMO 9315379 - en escale au Havre

    Le porte-conteneurs BUNGA SEROJA SATU - IMO 9315379 - en escale au Havre

    Vue

  • Le porte-conteneurs CSAV CHACABUCO - IMO 9295957 - en escale au Havre

    Le porte-conteneurs CSAV CHACABUCO - IMO 9295957 - en escale au Havre

    Vue

  • Le voilier NRP SAGRES II remontant la Seine pour participer à l'ARMADA 2013 à Rouen

    Le voilier NRP SAGRES II remontant la Seine pour participer à l'ARMADA 2013 à Rouen

    Vue

  • Le navire vraquier ANDREAS K - IMO 7632436 - descendant la Seine chargé de céréales à l'exportation

    Le navire vraquier ANDREAS K - IMO 7632436 - descendant la Seine chargé de céréales à l'exportation

    Vue

  • Le navire multimissions en offshore SIEM DAYA 1 - IMO 9660102 - en escale à Rouen

    Le navire multimissions en offshore SIEM DAYA 1 - IMO 9660102 - en escale à Rouen

    Vue

  • Le bateau musée DUCHESSE ANNE amarré à l'année à Dunkerque

    Le bateau musée DUCHESSE ANNE amarré à l'année à Dunkerque

    Vue

  • Le navire vraquier (DOUN KISEN) STAR LILY - IMO 9370422 - remontant la Seine en direction des silos céréales de Rouen

    Le navire vraquier (DOUN KISEN) STAR LILY - IMO 9370422 - remontant la Seine en direction des silos céréales de Rouen

    Vue

  • Le navire porte hélicoptères français MISTRAL L9013 en escale dans sa ville marraine du Havre en Avril 2010.

    Le navire porte hélicoptères français MISTRAL L9013 en escale dans sa ville marraine du Havre en Avril 2010.

     

     

    Vue

  • Le general cargo BOE OCEAN - IMO 8602385 - en attente d'ordre à Dunkerque

    Le general cargo BOE OCEAN - IMO 8602385 - en attente d'ordre à Dunkerque

    Vue

  • Le porte-conteneurs ELISABETH SCHULTE - IMO 9231482 - en opérations commerciales quai de l'Europe au Havre

    Le porte-conteneurs ELISABETH SCHULTE - IMO 9231482 - en opérations commerciales quai de l'Europe au Havre

    Vue

  • Le navire frigorifique (Bonanza) CRYSTAL PEONY - IMO 8224432 - en escale

    Le navire frigorifique (Bonanza) CRYSTAL PEONY - IMO 8224432 - en escale "technique" au Havre

    Vue

  • Le porte-conteneurs BANGKOK EXPRESS - IMO 9252553 - en escale quai des Amériques au Havre

    Le porte-conteneurs BANGKOK EXPRESS - IMO 9252553 - en escale quai des Amériques au Havre

    Vue

  • Le general cargo MONA S - IMO 8302210 - en opération commerciale chez TTS à Dunkerque

    Le general cargo MONA S - IMO 8302210 - en opération commerciale chez TTS à Dunkerque

    Vue

The port of Fecamp is a second range commercial port receiving mainly import cargoes such as building raw materials, scandinavian wood, fertilizer and fish oil for perfume industry

Le port de second rang (ou régional) de Fécamp est géré par la CCI de Fécamp-Port-Jérôme.

Le port de Fécamp se situe entre Etretat et Dieppe sur la Côte d'Albâtre, à une cinquantaine de kilomètre au nord du Havre et de la baie de Seine.

Le port de Fécamp a connu son heure de gloire (environ une cinquantaine d'années) avec la pêche à la morue dans les eaux de Terre-Neuve, jusqu'à ce que le Canada ferme ces eaux à la pêche hauturière étrangère.

D'abord effectuée avec des navires à voiles, les morutiers (ou terre-neuviers pour les intimes), cette pêche est passée très rapidement aux navires à vapeur pour réduire les temps de transport en aller-retour, les campagnes durant plusieurs mois, même à la vapeur. Fécamp a donc été surnommée pendant un temps Capitale des Terres-Neuviers.

Mais cette appellation avait un pendant, Fécamp a été aussi surnommée pendant cette période : Fécamp, ville de femmes. Pourquoi ?

Avec 73 morutiers armés par 35 hommes d'équipage par morutier, cela faisait plus de... 2 550 hommes partis en mer pour plusieurs mois ! Il ne restait plus que les Femmes et les enfants... Mais au siècle dernier, les Femmes travaillaient déjà à Fécamp : soit dans les usines de salaison, étape incontournable avant la commercialisation du produit ; soit dans des usines textiles sur des métiers à tisser, la région étant une grande productrice de lin depuis de nombreux siècles.

Lorsque le diésel a supplanté la vapeur, cette pêche n'a pas tardé à s'éteindre.Au plus fort de cette période faste, le port de Fécamp supplantait en volume de morue pêchée le port de Granville, LE port de pêche par excellence pour alimenter historiquement la région parisienne, talonné par la suite par Dieppe. Témoin de cette grandeur disparue, la ville disposait de son propre chantier naval !  Les chantiers Lemaistre Frères nés en 1928. Aujourd'hui disparus, les seules oeuvres issues de ce chantier qui ont traversé les siècles sont deux goélettes de la Marine Nationale ("Etoile" et "Belle Poule", toutes deux navires écoles et Monuments Historiques) et... la charpente du grand hall du Palais de la Bénédictine de Fécamp.

Avec la disparition de la pêche hauturière, le repli sur la pêche le long des côtes n'a pas eu lieu et cette activité a aujourd'hui disparu à Fécamp, au profit du port de Dieppe, plus au Nord. Cette disparition, si elle a été synonyme de décennies difficles pour Fécamp en matière d'emplois, a vu dans le même temps l'expansion régulière des pontons flottants du port de plaisance qui occupe aujourd'hui la totalité de l'avant port (bassin de marée) et la totalité de l'ancien bassin à flots où séjournait la flotille de pêche.

 

Le port de commerce dispose lui de deux bassins distincts :

- un bassin de marée avec le quai Joseph Duhamel

- et deux quais de part et d'autre du bassin à flots, le quai de Verdun et le quai de la Marne. Donc deux postes General Cargo, un poste "Engrais" et un poste "Tanker" pour l'huile de Poisson pour Olvea Fish Oil (fournisseur de l'industrie du parfum).

Le bassin à flot dépend d'une porte et non d'une écluse, les mouvements de navires dépendent donc de l'horaire de pleine mer. C'est la station de pilotage du Havre qui gère les entrées / sorties de Fécamp.

Le règlement du port de Fécamp en suivant ce lien. La liste des officiers de port ici.

Pour découvrir l'entrée du port (avec sa promenade en bois) et la plage de Fécamp, suivre ce lien vers la webcam de Fécamp.

 

NOTE :

La CCI de Fécamp-Bolbec a été créée en 2008 et dissoute le 1er janvier 2016. Aujourd'hui, c'est la CCI de Fécamp-Port-Jérome-sur-Seine qui officie quant à l'avenir économique du bassin fécampois.

 

 

Pour situer le port de Fécamp en Normandie, France :

Sur la carte ci-dessous, vous pouvez zoomer, dézoommer, ou cliquer sur les points ou les flèches pour voir l'identité des navires.

En suivant le lien en dessous de la carte, vous aurez accès à d'autres options.

 

 

 

 En suivant ce lien externe, vous obtiendrez la liste des navires attendus (Expected) à Fécamp, des navires présents (In port) dans le port ainsi que la liste des derniers à avoir appareillé.

 

 

Imprimer